Le portrait du designer Ini Archibong

07/12/2020

ini archibong working
ini archibong working
ini
ini archibong work

Aujourd’hui, focus sur Ini Archibong, designer d’origine californienne.
À 35 ans, il est à peine sorti de l’ECAL qu’il a déjà été engagé par Hermès pour dessiner leur toute nouvelle marque de montres. 
Élu « l’un des suisses les mieux habillées », le jeune designer possède un style qui mêle sobriété et originalité. 

La marque Hermès a donc misé sur lui pour dessiner sa collection de montres féminies baptisée Galop, alors que le jeune designer n’avait jamais eu de contact dans le monde horloger. Son arrivée chez le géant français n’est donc pas passée inaperçue. 
Mais il livre au site d’information Suisse « Le Temps » que s’il a déménagé en Suisse, c’était bien dans le but de se faire engager par la marque française…

Né en 1923 de parents nigériens, il vit dans une banlieue de Los Angeles quand il se dirige vers le design. 
Il ouvre rapidement son cabinet « Desgined by Ini » alors qu’il est encore étudiant et par la suite, Tomb Kobe (l’inventeur du concept d’Apple Store) le prend sous son aile. Ils travailleront ensemble pendant 2 ans. 


Sa curiosité lui aura ouvert des horizons…

Il lit quelques livres sur le luxe et l’univers des marques, et découvre qu’Hermès, encore une entreprise familiale, serait la marque idéale pour ses débuts dans le design.
Il fera tout son possible pour reprendre ses études à Lausanne dans l’école de design ECAL lorsqu’il a appris que l’école entretenait de sérieuses relations avec le géant Français, Hèrmes.
Il laissera son empreinte au sein de l’école en tant qu’étudiant modèle, très rigoureux. Ses origines américaines font qu’il sait convaincre, qu’il sait trouver les bons mots pour les bonnes personnes.
C’est en 2010 que Ini commence à explorer le monde du mobilier. C’est par exemple dans la galerie Friedman Benda, à New York, qu’on retrouve un grand nombre de ses projets.

 

Photo crédit : Surfacemag.com (Photos: Franck Juery), artsatl.org ainsi que Sharpmagazine.com dans l'article de Jaclyn Tersigni