Design et environnement

04/01/2022

Design et environnement

A travers les âges, l’Homme a manifesté le besoin de se déplacer. Qu’il s’agisse du commerce de marchandises ou du transport de personnes, de nombreux facteurs inhérents à notre mode de vie illustrent ce constat. En lien avec le développement de la technologie et de l’industrialisation, nos attentes sont de plus en plus importantes et spécifiques. L’évolution de nos besoins de mobilité a engendré un aménagement important du territoire. Désormais, développer la mobilité active et partagée apparaît comme le fer de lance de nos déplacements. Cependant, le recours aux véhicules individuels est parfois inévitable. L’utilisation de technologies bas carbone est donc un enjeu d’avenir. Parmi l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre (GES) liées aux transports, 70% sont dues aux déplacements quotidiens, ce qui fait de la mobilité locale et quotidienne la première responsable des émissions de GES du secteur des transports en France.

Comment une approche design permet de placer l’humain au cœur des nouveaux services de mobilités ?

L’approche du designer est centrée sur l’humain. Sa méthodologie consiste à analyser l’existant, l’environnement, le comportement des usagers et les contraintes rencontrées. S’ensuit la phase de création pour répondre aux problématiques observées par des solutions concrètes. Le produit qui découle de ce schéma correspond le mieux aux usages. Il s’agit ensuite de vérifier comment il est utilisé et quels sont ses éventuels usages détournés.

A l’heure actuel, 55% de la population mondiale vit dans des villes, notamment dans les pays développés comme la France. La question de mobilité englobe les problématiques techniques, infrastructurelles et environnementales.

Le projet Urbanloop s’inscrit dans une démarche visant à fluidifier le déplacement des personnes. Réunissant plusieurs acteurs comme l’Université de Lorraine, la ville de Nancy et de Tomblaine, la Métropole du Grand Nancy ; le projet ne cesse de grandir. De nouveaux partenaires s’intègre à la réflexion comme Enedis. D’un point de vue technique, le concept est basé sur un réseau de rail formé en boucles interconnectées sur lequel circulent des capsules pilotées par une intelligence artificielle. S’inscrivant dans une démarche environnementale, l’Urbanloop atteint une vitesse de 52km/h, ce qui représente un coût énergétique de 0.47 centime du kilomètre. Urbanloop possède donc le record du monde de la plus faible consommation d’énergie pour un véhicule autonome. Evok est fière de participer à ce projet en tant que partenaire designer !

La question de l’autonomie des batteries pour les véhicules électriques est primordiale dans la prise en compte des usages. Selon la start-up londonienne Page-Roberts, disposer les batteries de façon verticales au centre de la voiture et entre les deux rangées de sièges pourrait améliorer l’autonomie des batteries de 30%. Le décuplement des performances énergétiques entraine ici des concessions : les utilisateurs des places arrière devront tourner le dos à ceux du premier rang. Dès lors, nous pouvons nous interroger sur une réinterprétation du cahier des charges. Quels pourrait être les aménagements alternatifs qui répondent aux besoins des clients tout en développant l’autonomie des véhicules ?

Favoriser le développement des circuits courts participe aux changements des modes de consommation. L’ET-Lander d’ETESIA illustre parfaitement ce constat. Ce véhicule utilitaire propre a été réalisé en France en collaboration avec Evok. La cabine propose un champ de vision à 360° sans angles morts ainsi qu’un tableau de bord mis sous tension par badge RFID. Entièrement électrique, l’ET-Lander dispose d’un convertisseur 220V transformant le véhicule en une source d’énergie mobile. Sa conception repose ses usages :  l’ET-LANDER est conçu pour accueillir d’autres véhicules d’entretien dans sa remorque (Bahia, Donky, etc...). Le véhicule a également une autonomie d’une journée de travail.

Le design offre donc des solutions d’avenir par sa capacité à mettre en relation les enjeux techniques et environnementaux en corrélation avec nos contraintes d’usage. Il permet aussi d’améliorer l’efficacité des transports comme l’illustre le projet Urbanloop.